L'assurance P.L.C.I.

La PLCI, de quoi s’agit-il précisément ?

Vous avez certainement déjà eu vent de messages alarmistes concernant votre pension : si vous ne mettez personnellement rien de côté, vous serez confronté à de mauvaises surprises lorsque vous aurez atteint l’âge de 65 ans. Même si vous avez travaillé d’arrache-pied tout au long de votre carrière.

La mauvaise nouvelle ? Ces messages négatifs reflètent la vérité. Parce que votre pension légale ne dépasse pas1.400 euros brut. Et ce, uniquement pour ceux qui ont travaillé pendant 45 ans et qui sont chef de famille. Dans tous les autres cas, vous recevez encore moins !

La bonne nouvelle ? Vous pouvez vous constituer une épargne supplémentaire pour votre pension. Histoire de garder le même train de vie qu’à l’heure actuelle. Mais sans devoir prester de longues journées de travail. Et la meilleure formule d’épargne pour votre pension se présente sous la forme d’une PLCI : une Pension Libre Complémentaire pour Indépendants.

Votre PLCI fait partie du deuxième pilier de pension. Lorsque nous parlons de pensions complémentaires, il est nécessaire d’aborder les différents piliers de la pension.

Le système est très simple : les pouvoirs publics ont fixé un plan à étapes pour votre pension complémentaire.

Pour les indépendants, les piliers se présentent comme suit :

• Premier pilier : votre pension légale. A ce niveau, vous n’avez pas voix au chapitre. Les cotisations dues pour votre pension sont intégrées dans les cotisations sociales dont vous vous acquittez trimestriellement.

• Deuxième pilier : votre PLCI (pension libre complémentaire). En tant qu’indépendant, vous pouvez mettre de côté chaque année jusqu’à 8,17 % de vos revenus. Si vous êtes chef d’entreprise, cette somme peut être majorée d’un engagement de pension individuel (financé par votre entreprise).

Troisième pilier : assurance vie individuelle ou épargne-pension. En tant qu’individu, vous pouvez mettre chaque année de côté des primes complémentaires pour votre pension. Elles sont également assorties d’un avantage fiscal.

La PLCI représente le premier pas logique dans la constitution de votre pension complémentaire.

Pour les indépendants, souscrire une pension libre complémentaire est un must.

Pas seulement parce que vous en aurez besoin à l’âge de soixante-cinq ans, mais également parce que les avantages octroyés à l’heure actuelle sont extrêmement intéressants, à savoir :

1. Une retraite avec moins de soucis

Une PLCI constitue de loin la formule d’épargne la plus avantageuse. Chaque année, vous mettez une somme de côté et vous bénéficiez, dès votre pension, du capital ainsi que d’intérêts particulièrement intéressants.

2. Avantage fiscal :

Vous récupérez jusqu’à plus de 50 % de vos primes.

La totalité de vos primes peut être déduite en tant que frais professionnels de la tranche imposable supérieure. Ce qui signifie qu’à la fin de l’année, vous récupérez d’emblée, sous forme de réduction d’impôts, la moitié des sommes versées.

3. Avantage social :

Vous récupérez jusqu’à plus de 20 % de vos primes.

Vos cotisations sociales trimestrielles sont calculées sur vos revenus d’il y a trois ans, mais vous déduisez chaque année vos primes PLCI sous forme de frais professionnels. Par conséquent, vos cotisations sociales baissent considérablement après trois ans. Vous récupérez ainsi jusqu’à plus de 20 % de votre prime versée dans le cadre de la PLCI. Pour les débutants, l’économie peut même atteindre plus de 40 %.

4. Vous choisissez combien vous épargnez :

Vous ne pouvez pas choisir le montant des primes dues pour votre pension légale. Vous ne pouvez donc pas non plus les adapter si, à un moment donné, vous avez des revenus inférieurs ou si vous voulez réaliser des rêves coûteux.

Avec les primes versées dans le cadre d’une PLCI, c’est tout à fait possible! Vous pouvez choisir vous-mêmes vos primes, pour autant que vous respectiez les limites légales :

• Prime annuelle minimale : 100 euro.

• Prime annuelle maximale : 8,17 % de vos revenus professionnels imposables nets d’il y a 3 ans avec un plafond de 3.017,73 euros (en 2013).

Vous pouvez également opter pour un montant forfaitaire, pour autant toutefois que vous respectiez les limites mentionnées ci-dessus.

5. Vous payez les primes à votre rythme

Vous pouvez effectuer des versements chaque mois, chaque trimestre ou chaque année. Votre prime peut également être réévaluée chaque année en fonction de votre situation du moment.

6. Votre PLCI est valable également pour votre conjoint aidant

Votre conjoint travaille dans votre affaire ? Dans ce cas, il/elle peut conclure une PLCI personnelle, aux mêmes conditions. Ce qui vous permet de doubler les avantages de PLCI.

7. A la fin du parcours, vous ne payez quasiment pas d’impôts

A l’âge de la retraite, vous avez droit à deux montants : la participation bénéficiaire non taxée ET votre capital pension garanti.

Ce capital garanti est taxé selon le modèle fiscalement favorable de la rente fictive.

Conformément à ce système, vous ajoutez chaque année une petite partie de votre capital pension à vos revenus imposables.

Vous payez par conséquent des impôts annuels très limités au lieu d’un impôt unique important. En fonction de votre âge, vous devez déclarer aux contributions de 3,5 % à 5 % de votre capital pension. L’ajout de cette rente est par ailleurs limité dans le temps.

Si vous restez en activité jusqu’à l’âge de la pension et que le capital final n’est versé dans sa totalité qu’à ce moment-là, seuls 80 % de votre capital sont convertis en rente fictive, et ce depuis le Pacte des Générations.

Le capital final est par ailleurs exonéré de la cotisation de solidarité (de 0 à 2 %).

Votre assureur retient uniquement des cotisations INAMI à concurrence de 3,55 %.

Nous vous proposons trois types de PLCI :

  1.  Les PLCI dites classiques :   

 

C’est-à-dire des PLCI qui ont pour groupe cible, tous les indépendants:

- En activité principale (si versement des cotisations sociales) ;

- En activité complémentaire (si versement des cotisations sociales ; comme pour l’activité principale)

- Conjoint aidant (si maxi-statut).

Ces caractéristiques sont expliquées ci-dessus.

  1. Les PLCI sociales :

La PLCI sociale est assortie d’une protection et d’une solidarité complémentaires.

En effet, votre PLCI sociale fonctionne selon les mêmes principes que la PLCI ordinaire. Mais il existe deux différences fondamentales :

• Votre prime maximale est plus élevée : chaque année, vous pouvez affecter 9,40 % de vos revenus à la PLCI sociale (au lieu de 8,17 %) avec un plafond de 3.472,05 euros.

• Votre couverture est plus étendue : 10 % de votre prime sont affectés à un fonds de solidarité. Qui vous offre les protections complémentaires suivantes :

1) Exonération de prime en cas d’invalidité : vous ne payez pas de prime PLCI aussi longtemps que vous êtes en incapacité de travail. Il y a un délai de carence d’1 an.

2)  Exonération de prime en cas de congé de maternité : lorsque vous touchez une allocation légale de maternité, la compagnie verse un montant unique de 15 % de la dernière cotisation de pension dans la PLCI, et ce, à titre de transformation de la période de congé de maternité.

3) Couverture décès : vos héritiers reçoivent un capital supplémentaire si vous décédez avant votre soixantième anniversaire. En fonction de l’âge au moment du décès, cette rente peut s’élever jusqu’à 400 % de la cotisation de pension.

4)  Allocation forfaitaire en cas de maladie grave : trois mois après le diagnostic, vous recevrez une allocation si vous êtes atteint d’une des maladies graves suivantes : cancer, leucémie, sclérose en plaques, Parkinson, Hodgkin, Alzheimer, sida, mucoviscidose, dyalise rénale ou dystrophie musculaire progressive.

3) Les PLCI INAMI :

Les PLCI INAM ont pour groupe cible : médecins, dentistes, pharmaciens, kinésithérapeutes indépendants (et salariés ayant droit aux avantages attribués par l’INAMI). Le montant de la subvention INAMI est annuellement déterminé pour les quatre catégories professionnelles précitées. La prime est directement versée sur le compte de la compagnie en faveur de l’ayant droit, après que la subvention ait été approuvée par l'INAMI.

N.B : Il est important de vous faire remarquer que vous choisirez en fonction de votre profil soit une P.L.C.I. ou soit un EIP (pas pour les deux à cause des limites à respecter).

Se constituer un plan de pension bien équilibré n’est pas chose aisée. Surtout pas en tant qu’indépendant. Parlez donc de votre avenir avec un de nos collaborateurs. Nous savons mieux que quiconque ce que cela implique d’être indépendant et nous vous fournissons donc toujours les meilleurs conseils. En toute indépendance !

Aller au haut